Invité
215464 Vues
0 Com.
Thierry Pernot
01/12/2020
Biologie de la grenouille rousse
Critères de reconnaissance et biologie de la grenouille rousse
N° article : 74
  1. Grenouille rousse (Rana temporaria) en parfaite homochromie avec le milieu

    La grenouille rousse (Amphibiens / Anoures / Ranidés / Rana temporaria)


    Critères de reconnaissance

    La grenouille rousse présente un corps trapu de 8 à 10 cm environ, le museau est arrondi, plus large que long. Le tympan est bien visible en arrière de l’œil qui présente une pupille horizontale, le tympan est positionné sur une zone plus ou moins triangulaire de couleur brun foncé. La peau est plus ou moins granuleuse suivant les périodes de l’année.

    La coloration est assez variable, souvent brun-rouge, d’où son nom, parfois tirant sur le gris, mais toujours avec des zones brun foncé ou carrément noires plus ou moins importantes. Sur les photographies, vous pourrez constater un phénomène d’homochromie remarquable, les individus prennent une teinte proche de celle du milieu, beau camouflage !

    La face ventrale des mâles est grisâtre, plus ou moins tachetée, celle des femelles est jaunâtre tachetée d’orange ou de roux.

    Les pattes, des membres postérieurs uniquement, sont palmées.


    Alimentation

    La grenouille rousse se nourrit de vers, de mollusques (limaces et escargots), d’insectes divers (essentiellement des sauterelles) et d’araignées.


    Habitat

    La grenouille rousse se rencontre préférentiellement dans les zones humides de montagne, les tourbières, les forêts. On peut l’observer des plaines jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Les photographies de cet article ont été prises à Larrivoire (Jura) à 720 m d’altitude, excepté la 2ème photographie prise à La Pesse à 1200 mètres d’altitude.


    Répartition

    La grenouille rousse est présente dans toute l’Europe excepté le sud de l’Espagne, l’Italie et la Grèce. Elle est commune en France, mais rare dans le centre et le Sud-Ouest et très rare, voire absente du Sud-Est, absente de Corse. Elle fuit les zones de culture intensive.


    Comportement

    En dehors de la période de reproduction, la grenouille rousse est terrestre, s’éloignant plus ou moins des points d’eau. Elle chasse en forêt ou en prairie. En période de forte chaleur, elle revient s’hydrater dans les mares et autres zones humides. Cette grenouille est davantage active tôt le matin et en soirée, lorsque l’hygrométrie est plus importante. 

    Les amphibiens sont des animaux à sang froid, de ce fait ils sont contraints d’arrêter leur activité en saison froide. Les grenouilles rousses hivernent, soit au sol, cachées sous des feuilles mortes, soit sous l’eau. Lorsque leur métabolisme est au ralenti, la respiration cutanée leur suffit pour survivre, sous l’eau elles ne risquent pas de geler.

    De plus, les grenouilles possèdent différentes adaptations qui leur permettent de survivre à des températures négatives si besoin. Leurs cellules sont capables de stocker des composés (urée, glycogène, glucose, glycolipide) qui vont faire office d’antigel. De la glace peut se former entre les cellules, mais l’intérieur des cellules est préservé. Après le dégel, la grenouille se réactive comme si de rien n’était !


    Reproduction

    Au moment de la reproduction, entre février et mai suivant l’altitude, mâles et femelles convergent vers les mares et autres points d’eau. A Larrivoire à 720 mètres d’altitude, j’observe les pontes entre le 15 mars et le 15 avril suivant les années. 

    C’est à ce moment-là que l’on peut entendre le chant des mâles. Un chant sourd, peu sonore, qui ressemble plus à une sorte de grondement.

    Le mâle et la femelle s’accouplent, mais la fécondation est externe. A mesure que les œufs sortent de la femelle, le mâle les recouvre de ses spermatozoïdes. 

    Une ponte de grenouille rousse se présente sous la forme d’une grosse boule gélatineuse comportant 1500 à 4000 œufs. La ponte est généralement positionnée dans une zone à faible profondeur et souvent portée par des végétaux aquatiques.

    Le développement embryonnaire va durer 3 à 4 semaines et va aboutir à la formation de têtards, il est directement tributaire de la température. Plus il fait chaud et plus le développement est rapide. Les têtards autonomes vont sortir de leur gangue gélatineuse et vont pouvoir nager à la recherche d’algues vertes, de débris végétaux, de protozoaires et autres animaux de petite taille.

    Les têtards recherchent en permanence les zones les plus chaudes. Au cours de la journée, on les voit tourner autour de la mare en même temps que le soleil. Leur couleur noir foncé leur permet de capter un maximum d’énergie solaire.


    Les têtards vont se développer progressivement, apparition des pattes postérieures puis antérieures, résorption des branchies et développement des poumons, régression de la queue. Au bout de 2 à 3 mois, suivant les conditions climatiques, la métamorphose se termine et les petites grenouilles de 1,5 cm environ quittent la mare. Elles atteindront la maturité sexuelle à 3 ans. A Larrivoire, on observe la sortie des grenouilles généralement début juin.


    De ce que j’ai pu observer dans ma mare, la mortalité des têtards semble très faible, les poissons semblent ne pas les consommer (poissons rouges, tanches). En revanche, la mortalité des petites grenouilles semble très élevée. Bien que chaque année, des milliers de petites grenouilles quittent la mare, on ne voit que très peu d’adultes. Le facteur principal de mortalité est certainement la déshydratation, surtout aujourd’hui où les périodes de sécheresse sont de plus en plus courantes. Ces périodes sèches entrainent la quasi-disparition des escargots et des limaces, autre facteur qui pourrait expliquer cette grande mortalité des jeunes.


    Grenouille rousse (Rana temporaria) en parfaite homochromie sur les feuilles mortes
    Grenouille rousse (Rana temporaria) en train de bronzer sur un rocher
    Grenouille rousse (Rana temporaria) au bord de l'eau
    Ponte récente de grenouille rousse (Rana temporaria)
    Crapaud commun dans une ponte de grenouille rousse déjà bien développée
    Têtards de grenouille rousse (Rana temporaria)
    Petite grenouille rousse (Rana temporaria) qui vient de sortir de l'eau
    Petite grenouille rousse (Rana temporaria) avec sa queue encore visible
215464 Vues
0 Com.
N° article : 74